Archives du mot-clé caméra

Limoux – rue du 1er mai : les habitants demandent la vidéosurveillance

videosurveillance communeDepuis quelques temps les voitures de la commune et plus particulièrement la rue proche de l’hôpital de jour de l’USSAP sont prises pour cibles. Les automobilistes ont pu constater de nombreuses dégradations sur leur véhicule : peintures rayées, pneus crevé, rétroviseurs entourés de scotchs…

En seulement une semaine, plus de cinq voitures ont été dégradé par des voyous. Les victimes ont décidé de porter plainte.  Ils demandent également à la mairie de faire appel à des installateurs de vidéosurveillance dans l’Aude (11). Les caméras de vidéosurveillance assureraient la protection des biens et des personnes.

Gare Matabiau : les personnes qui abandonnent des colis suspects identifiées avec la vidéosurveillance

déminage sécurité90 fois, c’est le nombre de fois où les démineurs de Toulouse sont intervenus dans la ville suite à des colis suspects l’année dernière. Composé d’une vingtaine de professionnels, l’équipe de démineurs ont vu leurs missions augmentées ces dernières années.

Chaque colis abandonné demande minimum trente minutes de travail aux spécialistes du déminages. Afin de lutter contre ce phénomène, qui empoissonnent la vie des Toulousains, la ville renforce son système de vidéosurveillance dans les transports en commun.

Lorsqu’un bagage est oublié dans les lieux publics, un périmètre de sécurité est formée par mesure de sécurité et le trafic souvent interrompu. A présent, lorsqu’une personne abandonne un colis et qu’elle ne réponds pas aux annonces audio, la vidéosurveillance sera analysé afin d’identifier la personne.

Castelsarrasin : retour sur les faits divers de 2014

CastelsarrasinEn 2014, la ville qui compte aujourd’hui 13 295 habitants, a connu plus de vingt affaires judicaire durant l’année.

Une affaire a particulièrement émut la commune, il s’agit d’un viol collectif en plein jour, place de la mairie d’une jeune adolescente de 15 ans. La scène avait été filmé par les caméras de vidéosurveillance de la ville, ce qui a notamment permit l’arrestation des suspects. Le procès devrait se dérouler prochainement.

Une autre affaire forte de l’année 2014, est l’arrestation d’une famille d’antiquaire pour blanchiment d’argent, plus de 700 000 euros aurait été dérobé et huit individus interpellés. Les caméras de vidéosurveillance sont des précieux éléments de preuve pour le procès qui se déroulera fin Janvier.

Les policiers ont également mené un gros coup de filet, en arrêtant un clan familial impliqué dans une affaire de stupéfiant et de kidnapping. Le système de sécurité de la ville, a permit cette arrestation.

Le maire veut renforcer la sécurité

Bandalisme, trafic de drogue, hold-up… Face à l’augmentation de la délinquance à Toulouse, la sécurité devient une priorité. Jean-Luc Moudenc, le maire dénonce un manque d’effectif ; à Bordeaux par exemple, il y a cent policiers de plus que dans sa ville. Le maire souhaite que l’Etat s’engage d’avantage sur sa ville.

La ville a investi récemment dans 350 caméras de vidéosurveillance. Ce système de sécurité ne bénéficie pas d’implantation définitive. Les caméras de vidéosurveillances pourront être déplacer en fonction de l’évolution de la délinquance.

Dans le centre, place du Capitole, lundi dernier, des manifestants sont venus exprimer leurs colères avec des banderoles « racaille agresse». Le groupe propose une création d’une jeunesse vigilante à Toulouse.

La vidéo-protection à Toulouse

Trente PC de vidéo-protection suivent en permanence les rues de Toulouse et une dizaine d’autres à Blagnac. Les opérateurs de vidéo-protection analysent en permanence toutes les images de vidéosurveillance, et si nécessaire contactent les forces de l’ordre.

Les images sont automatiquement enregistrées et sont consultables pendant quinze jours. Elles luttent principalement contre les vols, incivilité, agressions…

Au cœur de la ville, 21 caméras de vidéosurveillance sont en mouvement quasi perpétuel. La municipalité compte renforcer la vidéo protection avec un objectif d’environ trois cents caméras.

Agression d’un sapeur-pompier à Agen : la vidéosurveillance témoigne

Le 25 septembre un homme avait frappé un jeune sapeur-pompier bénévole dans une discothèque. La victime reçoit une ITT (interruption totale de travail) de 8 jours. Le prévenu est placé en détention provisoire le lendemain.

Lors de l’enquête chacun des hommes estiment que l’autre l’a provoqué. Les images de caméras de vidéosurveillance sont analysées par les policiers, ce qui a permit d’éclaircir la responsabilité de chacun.

Grâce à la vidéosurveillance, l’homme déjà connu des services de police a été condamné à six mois de prison ferme, et 1500 € à payer pour le préjudice moral qu’a connu la victime.

Toulouse : activation du plan anti hold-up

Après la série de braquage et à l’approche des fêtes de fin d’année, le ministère de l’intérieur à décidé d’activer depuis le début de semaine jusqu’au 15 janvier 2015, le plan anti hold-up.

L’objectif du plan anti hold-up est de sécuriser les fêtes et les commerçants. Au cœur du dispositif, la surveillance et la sécurisation par les forces de police et de gendarmerie.

Le capitaine David Delattre du commissariat central de Toulouse a annoncé que les forces de police accentueront leurs missions de surveillance et de sécurisation. La police intensifie donc ses patrouilles en ville et dans les centres commerciaux.

La vidéosurveillance : une aide précieuse.

La mise en place de caméras de vidéosurveillance est préconisée pour les commerçants. Cet outil offre de nombreux avantages : elle dissuade, et permet l’élucidation des actes délictueux.

L’utilisation des dispositifs de vidéosurveillance a permis une baisse de la délinquance que ce soit dans les lieux publics ou les lieux privés.

Le plan de lutte contre les vols à main armée a été également activé dans douze autres départements. Ce plan anti hold-up vise a renforcer la protection des commerçants à l’approche des fêtes de fin d’année, une période d’achats propice aux braquages.

Toulouse : un braqueur abattu par un policier de la BAC

Les faits se sont déroulé tôt ce matin dans le quartier Saint Cyprien. Un homme armé a fait irruption dans une superette vers 6 h du matin, après avoir frappé un employé et menacé le gérant du magasin, le malfaiteur a tenté de voler la caisse. Entre temps, une victime a pu avertir les secours.

La brigade anticriminelle est  arrivée rapidement sur les lieux. Des échanges de tirs ont éclaté entre les forces de l’ordre et le voleur. L’homme est décédé des suites de ses blessures.

L’analyse des images de vidéosurveillance permettraient aux enquêteurs de reconstituer les circonstances du drame. Une enquête est actuellement en cours. Hier, deux autres braquages ont eu lieu à Toulouse.

 

Bruniquel : la vidéosurveillance joue un rôle important dans un hold-up

C’est un braquage qui a surpris les gendarmes de la brigade de Nègrepelisse par sa violence. Le directeur de la colonie de vacance, du centre Prince Litche Kounkou, a été agressé. Il a d’abord été aspergé de gaz lacrymogène et ensuite menacé avec une arme à feu par ses braqueurs.

Le directeur de la colonie qui n’a pas pu voir le visage de ses quatre agresseurs, déclare tout de même avoir reconnu l’allure de l’un d’eux : Redouane K, un ancien employé.

Les caméras de vidéosurveillance de la commune de Caussade ont alors été analysées afin de suivre le véhicule de cet intérimaire de 20 ans, originaire de Villeneuve-Le-Roi. Début décembre 2013, grâce aux vidéosurveillances qui prouvent la culpabilité de cet homme et ses compagnons, les gendarmes décidaient d’interpeller les individus. En garde à vue, les quatre hommes ont reconnus les faits et expliquer le mobile.

Les quatre agresseurs comparaissent actuellement devant le tribunal correctionnel de Montauban.

Une augmentation de la sécurité

642x428xcameras-verbatim-surveillance_jpg_pagespeed_ic_Z0A4JRYUOFA Toulouse la délinquance augmente, ces dernières semaines plusieurs fonctionnaires de police ont été victimes d’agressions.

Pour lutter contre ce climat d’insécurité dans la ville Rose, Olivier Arsac, adjoint au maire en charge de la prévention et de la sécurité a annoncé de nouvelles mesures. Les fonctionnaires de police seront plus nombreux, et armés la journée et la nuit d’ici la fin de l’année 2014. En plus des trente nouveaux policiers, une extension des caméras de vidéosurveillance est prévue dès décembre.

Dans certains quartiers Toulousains, ces mesures ont déjà fait leurs preuves. La vidéosurveillance a un effet dissuasif, c’est une aide efficace à la prévention et à la lutte des délits. De plus elle constitue un outil majeur pour l’élucidation de faits de délinquance.